Les ignorants sont malheureux. Je travaillerai de mon mieux à l’école pour devenir un homme instruit.

Décembre 2017
LMMJVSD
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Cliquez sur 2017 pour voir les évènements de l'année et sur Décembre pour ceux du mois.
Si vous souhaitez nous contacter, participer à la vie de ce site et l'entretenir en contenus ou simplement nous faire part de vos remarques, vous pouvez le faire à cette adresse
Avenue de La Libération
83210 - LA FARLEDE
Tél: 04 94 33 00 54

ou par courrier électronique

Laïcité quand tu nous tiens ...

Quelques dates.

D’abord laissée à l’initiative des paroisses et des congrégations enseignantes, l’instruction élémentaire devient, au XIXè siècle, une mission fondamentale de l’État.
Au XXe siècle, le fait majeur réside dans l’extension de la scolarité et l’accès de tous à l’enseignement secondaire.
Les quelques dates proposées ici marquent les principales étapes de cette trajectoire institutionnelle à laquelle se rattache la réglementation progressive de l’espace scolaire.

1453 Renaissance
1541 Calvin publie son Formulaire d’instruire les enfants en la Chrétienté, premier catéchisme en français.
1598 Louis XIII
1633 Fondation, par saint Vincent de Paul, des Filles de la Charité chargées d’instruire les enfants pauvres.
1643 Louis XIV
1654 L’escole paroissiale (Jacques de Batencour), premier traité pédagogique consacré à l’école élémentaire.
1670-1700 Fondation de nombreuses congrégations enseignantes, dont l’Institut des Frères des Ecoles chrétiennes, créé par Jean-Baptiste de La Salle.
1715 Louis XV
1762 Publication de l’Emile par Jean-Jacques Rousseau.
1774 Louis XVI
1789 Révolution Française
1791 La création d’une « instruction publique, commune à tous les citoyens » est inscrite dans la loi constitutionnelle.
1792 Suppression des congrégations séculières et des confréries : fermeture des collèges.

Apparition du mot « instituteur ». L’instituteur doit présenter un certificat de civisme et de bonnes moeurs.

1793 Robespierre présente à la Convention le projet de Le Peletier de Saint-Fargeau, qui prévoit de créer des « maisons d’éducation nationales » gratuites et obligatoires.

Le décret Bousquier rétablit la liberté d’enseignement ; les parents sont tenus d’envoyer à l’école leurs enfants de 6 à 8 ans, les maîtres sont payés par la République en fonction du nombre de leurs élèves.

1794 Décret Lakanal supprimant toute obligation scolaire.

L’[Ecole Normale [1] Supérieure->http://www.linternaute.com/histoire/categorie/evenement/108/1/a/51509/creation_de_l_ecole_nationale_superieure.shtml] est créée par la Convention dans le but de former les instituteurs à l’enseignement.

1795 A l’initiative de Lakanal, la Convention instaure une École centrale par département, en remplacement des anciens collèges.

La loi Daunou supprime la gratuité de l’enseignement primaire ; la rétribution de l’instituteur est assumée par les parents.

1799 Napoléon
1802 Loi préparée par Fourcroy en vue de la création des lycées ; suppression des Écoles centrales.
1806 Fondation de l’Université Impériale, administration à laquelle les écoles élémentaires sont théoriquement rattachées.
1814 Restauration
1815 Naissance de la Société pour l’instruction élémentaire.

Ouverture, à Paris, de la première école mutuelle.

1816 Création d’un brevet de capacité à trois degrés, premier diplôme officiel exigé des instituteurs.
1826 Ouverture, à Paris, de la première salle d’asile. [2]
1830 Monarchie de Juillet
1832 A. Bouillon publie ses Projets pour maisons d’écoles primaires [...], premier recueil de modèles pour les constructions scolaires.
1833 Loi Guizot : naissance d’un véritable enseignement primaire public. Une école normale par département, une école primaire supérieure dans chaque commune de plus de 6000 habitants, une école primaire publique par commune.
1834 Première ébauche d’un titre sanctionnant l’acquisition des connaissances en fin d’école primaire et délivrance d’un certificat.
1848 IIe République
IIe République Louis-Napoléon BONAPARTE (1848-1852)
1850 Loi Falloux sur l’instruction primaire, visant à renforcer le contrôle de l’Eglise catholique sur l’Ecole.

Les communes de plus de 800 habitants doivent ouvrir une école de filles.

Création des « délégations cantonales » formées de « délégués cantonaux ». Ce sont alors des auxiliaires de l’Administration, de véritables inspecteurs surveillant les sentiments politiques et religieux des instituteurs et la moralité de leur action, ce qui leur vaudra l’appellation d’agents d’intolérance ».

1852 Second Empire
1866 Sous l’impulsion de Victor Duruy, une circulaire met en place un certificat d’études primaires (facultatif).
1867 Loi Duruy : les communes sont autorisées à percevoir un impôt pour instaurer la gratuité de leurs écoles primaires publiques ; l’obligation d’ouvrir une école de filles est étendue à toutes les communes de plus de 500 habitants.
1870 IIIe République
IIIe République Adolphe THIERS (1871-1873)
1871 Le recueil de Plans modèles pour la construction d’écoles et de mairies de l’architecte Pompée est adressé à tous les préfets.
IIIe République Patrice DE MAC-MAHON (1873-1879)
1878 Création de la Caisse des Ecoles facilitant le financement des constructions scolaires.
1879 Jules Ferry Ministre de l’Instruction Publique.

Loi Paul Bert sur la création des écoles normales d’institutrices.

Félix Narjoux publie Les écoles primaires et salles d’asile : construction et installation à l’usage des maires, délégués cantonaux et membres de l’enseignement primaire.

IIIe République Jules GREVY (1879-1887)
1880 Circulaire relative à la réglementation et à la codification des constructions scolaires.
1881 Loi Ferry instaurant la gratuité de l’école primaire publique.
1882 Loi Ferry instaurant l’obligation de l’enseignement élémentaire et la laïcisation des programmes des écoles publiques.

Création de la commission d’hygiène des écoles chargée « d’étudier les questions relatives soit au mobilier scolaire, soit au matériel d’enseignement, soit aux méthodes et aux procédés d’instruction dans leurs rapports avec l’hygiène ».

Arrêté qui consacre le CEP.

1886 Loi Goblet fixant l’organisation générale de l’école primaire. Laïcisation du personnel des écoles publiques.
IIIe République Sadi CARNOT (1887-1894)
1889 Les maîtres des écoles publiques deviennent fonctionnaires de l’Etat.
IIIe République Jean CASIMIR-PERIER (1894-1895)
IIIe République Félix FAURE (1895-1899)
IIIe République Emile LOUBET (1899-1906)
1904 La loi Combes interdit à tous les congréganistes d’enseigner.
1905 Loi de séparation des Eglises et de l’Etat.
IIIe République Armand FALLIERES (1906-1913)
IIIe République Raymond POINCARE (1913-1920)
IIIe République Paul DESCHANEL (1920)
IIIe République Alexandre MILLERAND (1920-1924)
IIIe République Gaston DOUMERGUE (1924-1931)
IIIe République Paul DOUMER (1931-1932)
IIIe République Albert LEBRUN (1932-1940)
1936 L’obligation scolaire est portée de 13 à 14 ans, à l’initiative de Jean Zay, ministre du Front Populaire.

Publication de nouvelles Instructions sur les constructions et le mobilier scolaires : la classe type est désormais prévue pour 40 élèves ; le pupitre individuel est recommandé.

1940 Seconde Guerre Mondiale
1941 Le secrétaire d’état à l’EN Carcopino transforme les Ecoles primaires supérieures en collèges modernes et les Ecoles pratiques de commerce et d’industrie en collèges techniques.
1945 Suppression des classes élémentaires payantes dans les lycées et les collèges. La disparition effective de cette filière destinée aux milieux aisés n’interviendra pas avant les années 1960.
1946 IVe République
IVe République Vincent AURIOL (1947-1954)
1950 Circulaire sur les constructions et le mobilier scolaires : « Le mobilier des classes sera individuel. »

Dans l’école, les couleurs « gaies et claires » sont recommandées ; le tableau vert foncé remplace le tableau noir.

1951 Les lois Marie et Barangé accordent aux écoles privées le bénéfice des bourses et de subventions.
1952 Circulaire imposant une « trame élémentaire » fixe de 1.75 m pour les constructions scolaires.

Toutes les composantes des bâtiments auront pour dimension un multiple de cette unité de base.

« L’unification générale des dimensions permettra une économie, en rendant possible l’industrialisation de la production des éléments de construction ».

Les bâtiments scolaires entrent ainsi officiellement dans l’ère du préfabriqué.

IVe République René COTY (1954-1958)
1958 Ve République
Ve République René COTY (1958-1959)
Ve République Charles DE GAULLE (1959-1969)
1959 Réforme Berthoin : la scolarité obligatoire est portée à 16 ans.

  • Les anciennes filières postélémentaires sont réorganisées en CEG [3], en CET [4] et en Lycées Techniques.
  • La loi Debré instaure un système de contrats entre l’Etat et les écoles privées.
1963 Instauration de la « carte scolaire » [5] imposant aux élèves de l’école publique le collège de leur circonscription.

  • Réforme Fouchet : création des CES [6], qui regroupent l’ensemble du premier cycle secondaire, transformé en cycle d’observation et d’orientation.
Ve République Alain POHER (1969)
Ve République Georges POMPIDOU (1969-1974)
1969 Une circulaire du ministre Edgar Faure recommande, dans les enseignements primaire et secondaire, la suppression de la notation traditionnelle au profit d’une échelle simplifiée (A à F), la substitution d’exercices de contrôle aux compositions et exclut les « classements par rang, établis et annoncés par le maître ».

  • Réforme de l’organisation pédagogique des écoles primaires ; mise en oeuvre des « disciplines d’éveil ».
  • Les DDEN [7] sont nommés pour quatre ans par l’Inspecteur d’Académie. Ils apportent un avis extérieur sur le fonctionnement de l’école.
1973 Circulaire sur « L’aménagement de l’espace scolaire : nouveau programme de construction des écoles élémentaires » en conformité avec les « objectifs de la rénovation pédagogique ».
Ve République Alain POHER (1974)
Ve République Valéry GISCARD D’ESTAING (1974-1981)
1975 Réforme Haby : les CES et les CEG sont regroupés dans les nouveaux collèges, où les filières d’orientation sont supprimées en 5è et en 6è ; le passage de l’école au collège est désormais automatique.
1976 Les conseils d’écoles sont créés par le décret
n°76-1301 du 28.12.1976 (instituant un Conseil d’école)
1977 La loi Guermeur accroît les subventions publiques aux écoles privées, tout en réaffirmant le « caractère propre » des établissements confessionnels.
Ve République François MITTERRAND (1981-1995)
1982 Mise en place des ZEP [8]
1989 Loi d’orientation sur l’éducation votée à l’initiative de Lionel Jospin, ministre de l’Education Nationale ; création d’un conseil national des programmes et des IUFM [9].

  • Suppression du CEP.
1992 Création de 3 cycles dans l’enseignement primaire :

  • Cycle 1 [10] : les apprentissages premiers,
  • Cycle 2 [11] : les apprentissages fondamentaux,
  • Cycle 3 [12] : les approfondissements.
Ve République Jacques CHIRAC (1995-2007)
1997 Mise à la disposition des établissements scolaires d’aides-éducateurs, au titre des « emplois-jeunes ».
2000 La France compte 39862 écoles primaires 18629 écoles maternelles.
2004 Le rapport Thélot : synthèse d’un grand débat national public sur l’avenir de l’école. Ce débat avait été voulu par Luc Ferry alors Ministre de l’Education Nationale.
2005 La loi Fillon
Post-scriptum :

Différentes sources :

[1Norma=règle. « Cette école doit-être .... le type de règle pour toutes les autres ».

[2Les premiers lieux d’accueil de très jeunes enfants ouvrent dès la fin du XVIIIe siècle avec des initiatives comme celle du pasteur Jean-Frédéric Oberlin qui crée dès 1771 une « école de commençans » dans les Vosges. Les autres créations sont plus proches des actuelles garderies. Ce type d’école se développe surtout au début du XIXe siècle avec la révolution industrielle. Leur vocation première est essentiellement sociale : il s’agit d’offrir un lieu de protection aux enfants des ouvrières, afin de les soustraire aux dangers de la rue. C’est pourquoi la maternelle est d’abord nommée salle d’asile ou salle d’hospitalité comme celle fondée par Adélaïde Piscatory de Vaufreland, marquise de Pastoret. (Wikipédia)

[3Collèges d’Enseignement Général

[4Collèges d’Enseignement Technique

[5La carte scolaire dans l’Éducation nationale française désigne d’une part la répartition géographique des postes d’enseignants et d’autre part la répartition des élèves en secteurs d’affectation.

[6Collèges d’Enseignement Secondaire

[7Délégués Départementaux de l’Education Nationale

[8Zones d’Education Prioritaires

[9Instituts Universitaires de Formation des Maîtres

[10Petite section, Moyenne section et Grande section de maternelle

[11Grande section de maternelle, CP, CE1

[12CE2, CM1, CM2

spam |  xhtml |  css |  cc |  508  
Site optimisé pour 1024x768 | Réalisation © MVBM 2005 |  Rédaction